Déclaration

S'ENGAGER A METTRE FIN A LA VIOLENCE SEXISTE D'ICI 2030

25 novembre 2017

Les réfugiés Rohingya fuyant le Bangladesh ont rapporté des histoires horribles de violence sexuelle. Une femme, Shakila, a déclaré avoir été violée après avoir été forcée de regarder le meurtre de son mari et de sa fille.

La violence sexuelle et sexiste augmente souvent pendant les crises. Répondre à la violence contre les femmes dans les contextes de développement et d'aide humanitaire est une priorité pour UNFPA, le Fonds des Nations Unies pour la population.

Pourtant, la violence sexiste est un problème partout, tous les jours, et pas seulement dans les crises. Une femme sur trois dans le monde a été victime de violence à un moment ou un autre de sa vie.

La violence sexiste et les pratiques néfastes, telles que le mariage des enfants et les mutilations génitales féminines, sont des violations des droits de l'homme qui privent les femmes et les filles de leur avenir et compromettent leur santé et leur bien-être.
 

L'UNFPA s'est engagé à mettre fin à la violence sexiste et aux pratiques néfastes d'ici à 2030, année où les objectifs de développement durable des Nations Unies devraient être atteints.

L'UNFPA s'attaque aux effets physiques et émotionnels de la violence sexiste et promeut le droit de toutes les femmes et de toutes les filles de vivre sans violence ni abus. En 2016 seulement, nos services ont atteint plus de 11 millions de personnes dans 54 pays.

L'UNFPA concentre son travail, dans les 155 pays que nous servons, sur les femmes les plus pauvres, les plus vulnérables et les plus exclues, comme Shakila, qui a reçu des soins médicaux et un conseil d'un centre soutenu par l'UNFPA à Cox's Bazar au Bangladesh.

En aidant les plus démunis, UNFPA contribue également à rectifier d'autres dimensions de l'inégalité, telles que décrites dans notre dernier rapport sur l'état de la population mondiale, «Mondes à part: Santé et droits génésiques à l'ère de l'inégalité».

En cette Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, l’UNFPA, ses partenaires et des millions de personnes dans le monde marquent le début des «16 jours d'activisme contre la violence sexiste» pour sensibiliser la population à l'épidémie mondiale de violence sur les filles. Cette année, au fur et à mesure du lancement de la campagne, de plus en plus de femmes du monde entier parlent haut et fort du harcèlement sexuel et de la violence - et, enfin, elles sont entendues.

Aujourd'hui, rejoignons tous le chœur des voix exigeant le changement.

J'appelle les gouvernements, la société civile et les communautés à se joindre à l'UNFPA pour mettre fin à la violence et aux pratiques néfastes d'ici 2030. Nous devons mettre fin à ce fléau, mettre fin à l'impunité et ne laisser personne derrière.