Vous êtes ici

LEVEZ-VOUS ET DITES `` ASSEZ '' A LA VIOLENCE

Déclaration de la Directrice exécutive de l'UNFPA, Dr Natalia Kanem, à l'occasion de la Journée internationale pour mettre fin à la violence à l'égard des femmes 

 

Assez! C'est ce que nous disons, aujourd'hui et chaque jour, à toutes les formes de violence contre les femmes et les filles.

Assez pour la violence domestique. Assez pour violer. Assez pour les pratiques néfastes comme les mutilations génitales féminines. Et assez pour l'impunité pour l'une des violations les plus flagrantes et les plus répandues des droits de l'homme. 

Les femmes et les filles ont parfaitement le droit de vivre sans violence, partout. Ils ont droit à la paix à la maison, en public et en ligne. 

Aujourd'hui, alors que nous marquons la Journée internationale pour mettre fin à la violence à l'égard des femmes, le moment est venu pour chacun de s'arrêter et de se rappeler jusqu'où nous devons aller sur cette question. Un nombre impressionnant de femmes et de filles sur trois subit encore de la violence à un moment de leur vie. 

Cette année, le COVID-19 a attisé les flammes. Avec des femmes enfermées à la maison avec des agresseurs et des tensions domestiques élevées, les appels à l'aide sont montés en flèche. Beaucoup sont restés sans réponse parce que les abris et autres services ont été fermés, mais aussi parce que l'assistance est souvent encore insuffisante, y compris dans les crises humanitaires. 

Nous devons faire mieux. Il est temps de se lever et d'en dire assez sur la violence non seulement un jour, mais 365 jours par an. Nous devons prévenir la violence. Et jusqu'à ce que nous y mettions fin, nous devons fournir tout ce dont les femmes et les filles ont besoin pour survivre et se rétablir, des soins de santé physique et mentale à l'aide juridique et au soutien pour retrouver leurs moyens de subsistance. 

Dans plus de 130 pays, les équipes de l'UNFPA travaillent sans relâche pour aider à mettre fin à la violence à l'égard des femmes et des filles et à soutenir les personnes touchées. L'année dernière, l'UNFPA a fourni des services de soutien médical ou psychosocial à plus de 760 000 survivants de violence. Dans les situations humanitaires, rien qu'au cours des 10 premiers mois de 2020, nos efforts de prévention et d'intervention ont atteint 2,8 millions de femmes et de filles.

Pourtant, et toujours, la communauté internationale doit faire plus. COVID-19 révèle, de manière douloureuse mais instructive, toutes les façons dont nous devons penser et agir différemment. En dire assez sur la violence est en tête de liste. Cela commence par reconnaître à quel point la violence est omniprésente dans toutes les sociétés et perturber les facteurs qui la nourrissent. 

Assez pour supposer que la violence est autorisée ou disparaît d'elle-même. Assez pour traiter la violence comme autre chose qu'une crise à grande échelle que nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour arrêter.

Assez. Un mot pour transformer notre monde.